Trois légendes qui hantent le champ de l’économie

Trois légendes qui hantent le champ de l’économie

Les légendes qui hantent le champ de l’économie sont nombreuses

L’économie a ses mots, ses définitions et son paradigme. Dans ce champ des sciences sociales, nous partageons le vocabulaire avec les spécialistes, les experts, et aussi bien sûr avec les néophytes que nous sommes dans la grande majorité. Et ces mots créent des légendes qui hantent le champ de l’économie et donnent des cauchemars aux employé.es.

Parce que si nous contribuons tou.tes à cette économie, nous ne sommes malheureusement pas toujours conscient.es des règles qui régissent la définition de certains mots pourtant très courants comme le sont les services, le travail, l’emploi. Au final, nous ne sommes pas tou.tes suffisamment armé.es pour nous défendre face à la maltraitance engendrée par les mots-valises.

Quand nous nous exprimons, quand nous lisons ou quand nous rédigeons un article de vulgarisation, ces mots deviennent des écueils, si nous n’y prenons pas garde.

Les mots mal maîtrisés nous contraignent et nous empêchent d’évoluer

Il y a des termes, comme Uber, les Managers, l’Innovation, qui portent en eux des idées positives ou négatives mais qu’il devient très difficile socialement de requestionner. Sans toujours nous en rendre compte, nous créons nos représentations du monde sur la base de ces mots-valises. Ce sont des clichés internationaux, basés parfois sur des modèles pas si éloignés que cela des nôtres, auxquels nous contribuons tous par nonchalance.

En effet, c’est très difficile en France, de défendre un modèle d’innovation qui ne serait pas industriel en grande partie quand l’industrie est résumée à une production de bien matériel. Comme il est très difficile d’envisager un modèle de gestion qui ne soit pas directement appuyé sur les règles d’une gestion des activités. Ou enfin, comme il est compliqué de montrer toutes les dérives de l’ubérisation du travail quand le travail lui-même se résume à l’emploi dans la tête d’une immense majorité de nos interlocuteurs.

Alors, de guerre lasse, nous nous laissons dire, nous nous laissons faire et nous nous adaptons au modèle ambiant, essentiellement anglo-saxon, dans lequel nos capacités se réduisent à un vocabulaire souvent trop limité.

Ces clichés nous enferment et créent des dissonances

Alors on se parle et on ne se comprend pas.

Nous tentons d’analyser notre environnement sans véritablement y parvenir jusqu’à ce que nous apparaisse l’écart entre ce que nous disons et ce qui est compris.

Quand je défends une innovation servicielle qui pourrait sauver des vies, on me demande si j’ai déposé un brevet. Mais le service ne se brevette pas, ne se décrit pas comme on décrirait un boulon ou une vis. Lorsque cette innovation est portée par un outil informatique, il est encore possible de breveter un algorithme. Mais l’algorithme en lui-même ne représente pas la valeur de ce service et la compréhension de cette valeur s’en trouve réduite à son plus petit dénominateur commun. Les effets de ces dissonances sont délétères pour la société, comme pour l’individu. Et l’évolution de nos modèles se ralenti car les dissonances deviennent nocives pour la production des services comme pour cell.eux qui y travaillent.

Trois légendes qui hantent l’économie : Uber, un modèle révolutionnaire

Uber, pour ceux qui ne situent pas bien, est une entreprise américaine qui utilise l’internet pour mettre en relation des fournisseurs et leurs clients au travers d’une plateforme web et d’applications smartphone/tablette.

Plus précisément, Uber met en relation des chauffeurs qui ne sont pas ses salariés avec des clients qui aimeraient se faire véhiculer d’un point A vers un point B.

Avec Uber en France, il ne faut pas parler de taxi. La profession est réglementée, interdite à celui qui n’en possède pas l’autorisation d’exercice. Uber est donc ici une « entreprise du secteur des transports ». Uber est plus précisément une sorte de « centrale d’achats » qui regroupe les demandes et les offres de services.

Plus étonnant, par certains analystes, Uber est même qualifiée d’entreprise du numérique, d’entreprise technologique, puisqu’elle est située dans la Silicon Valley. D’aucun y voient une innovation technologique… C’est un peu comme si l’on restreignait « Lulu dans ma rue » à sa plateforme web. Charles Edouard Vincent, son fondateur, parle de Lulu :

c’est aussi la conviction que notre société ira mieux si on remet de l’humain dans notre quotidien. Charles Edouard Vincent – Fondateur de Lulu dans ma rue

On est assez loin de l’innovation technologique, non ? Au mieux serait-elle sociale.

Lisez cet article sur la légende Uber.

Trois légendes qui hantent l’économie : Les managers responsables

Il semble que pour un certain nombre de chercheurs en sciences de gestion, en psychologie du travail, en économie et même parfois en ergonomie, les responsables de la souffrance au travail sont les managers et l’organisation scientifique du travail.

Alors, oui, c’est vrai, depuis une centaine d’année nous avons tous été contraints de nous plier aux techniques d’organisation scientifique du travail, de standardisation, d’automatisation. Ok.

Mais depuis ces trente dernières années, il s’est passé un autre changement fondamental dans les organisations : l’informatisation. Cette informatisation a permis quelque chose que la standardisation et l’automatisation de grand papa n’avaient pas prévu : l’automatisation des tâches de gestion financière et comptable et leur interconnexion directe à l’activité, qu’elle soit industrielle ou qu’il s’agisse de service.

Si les managers portent leur part de responsabilité dans les dégâts causés par l’organisation scientifique du travail, ils ne peuvent à eux seuls être tenus pour responsables de la dégradation des conditions de travail et de la négation même de ce travail.

Lisez cet article sur la légende des managers responsable

Trois légendes qui hantent l’économie : L’innovation est LA solution

L’innovation en tant que rupture accélérée d’avec un ancien modèle, a toujours posé le problème du désajustement de la société à cette nouvelle réalité technologique et sociale. Autrefois nous avions le temps. Il se mettait alors en œuvre un processus de réajustement de la société à la nouvelle réalité produite par l’innovation, par le progrès. 

D’après Bernard Stiegler, ce « processus de réajustement » ne parvient plus à s’opérer et le réajustement devenu impératif doit désormais se faire à l’échelle de la planète :

Aujourd’hui, la question est de savoir si nous désirons adapter la société au progrès technique ou s’il est nécessaire de promouvoir l’adoption du progrès technique par la société.  Bernard Stiegler

C’est l’historien Bertrand Gille qui a décrit le « système technique » comme un ensemble cohérent de techniques, qui forment système par leur propre organisation et l’organisation qu’elles opèrent entre elles. Pour une société et une époque donnée, les différentes techniques se répondent, sont interdépendantes, s’organisent et forment un système qui lui-même a pour conséquence de faire apparaître un modèle économique, juridique, social.

 Pour sortir de cette situation et avancer vers un futur plus adapté à l’être humain, il faut remettre la valeur humaine au centre de nos institutions.

Lisez cet article sur l’innovation

Et maintenant, qu’allons nous faire ?

Pour comprendre notre environnement et interagir avec plus d’efficacité, nous avons besoin de préciser ces notions élémentaires qui sont si souvent reprises, dans les médias, par nos institutions. A l’heure où nous écrivons ces lignes, la situation économique est d’une complexité sans précédent. C’est peut-être le bon moment pour prendre des décisions éclairées sur ce que nous voulons faire de nos vies et agir en conséquence.

Nous n’avons pas l’intention de laisser faire et nous décidons d’agir pour notre avenir.

Articles similaires

Uber : Un modèle révolutionnaire ?

Uber : Un modèle révolutionnaire ?

Les managers sont responsables

Les managers sont responsables

L’innovation est-elle LA solution ?

L’innovation est-elle LA solution ?

La santé au travail – le soutien des collectifs.

La santé au travail – le soutien des collectifs.

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire